Renégocier son salaire : les arguments et attitudes qui jouent en votre faveur

  • 16/11/2015
  • 11:50
Mot-clé :

C’est décidé, vous allez renégocier votre salaire, vos résultats s’y prêtent et votre dernière augmentation commence à dater. Cette dernière est-elle acquise pour autant ? L’issue de votre négociation dépendra de la prise en compte d’éléments qui vous sont propres et d’autres qui vous sont extérieurs. Votre ouverture au dialogue est une clef.

C’est décidé, vous allez renégocier votre salaire, vos résultats s’y prêtent et votre dernière augmentation commence à dater. Cette dernière est-elle acquise pour autant ? L’issue de votre négociation dépendra de la prise en compte d’éléments qui vous sont propres et d’autres qui vous sont extérieurs. Votre ouverture au dialogue est une clef.

Vous êtes responsable, d’une équipe, d’un projet, et vos responsabilités se sont accrues. Ou bien totalement autonome sur votre poste, ce qui est une autre forme de responsabilité. Ou encore, vous avez atteint vos objectifs et montrez de nombreux signes d’engagement (ponctualité, implication, disponibilité en cas d’urgence…). Autant de points, les principaux, à faire valoir lorsqu’on souhaite renégocier son salaire. À condition que votre entreprise se porte bien, évidemment..

Sachez vous positionner par rapport au marché

Une entreprise, lorsqu’elle rémunère, cherche d’un équilibre entre son budget, le coût des compétences – le marché – et son souci d’équité interne. Viser une augmentation passe par unebonne connaissance de votre marché, il faut donc vous informer, par le biais de publications telles que les dossiers salaire de la presse, les études rémunération des cabinets de recrutement et des groupements professionnels, des applications mobiles qui existent pour certains métiers, mais aussi auprès de votre réseau.
« Essayez de comprendre pourquoi telle personne est rémunérée à tel niveau, comparez en interne mais aussi à l’externe », recommande Jennifer Misserlian, chargée de RH à temps partagé et consultante RH. Et comparez ce qui est comparable car des intitulés de poste similaires recouvrent des réalités différentes. Cette comparaison vous fournira des arguments… ou vous fera réaliser que vous êtes au prix du marché.

Préparez vos arguments

Une demande d’augmentation ne s’improvise pas. Votre manager, puisque c’est avec lui que vous allez négocier, va vous demander en quoi vos responsabilités sont devenues plus importantes, ce que votre montée en compétences a apporté comme gain à l’équipe et/ou l’entreprise, etc. Il faut pouvoir mesurer qualitativement et quantitativement vos résultats. « Notez les tâches que vous avez réalisées qui permettent de dire que vous avez progressé et qu’elles ont eu un impact positif sur l’entreprise », conseille-t-elle.

Adoptez une attitude ouverte

Une négociation est un dialogue, il ne s’agit pas de revendiquer. Pour justifier votre requête, il y a un équilibre à trouver entre l’apport d’éléments très factuels qui étayent vos arguments et l’expression de votre besoin de reconnaissance. « Votre manager peut entendre ce besoin dans la mesure où l’enthousiasme, la motivation sont aussi maintenus par la reconnaissance financière », précise notre interlocutrice. Avant d’entrer dans le jeu de la négociation, il importe d’écouter la parole de votre manager. Ayez aussi à l’esprit qu’il est tenu par son enveloppe budgétaire globale.

Par ailleurs, « interrogez-vous sur votre comportement pour savoir le définir et vous rendre compte si votre demande est légitime ou non, peut se justifier ; une entreprise, c’est aussi vivre ensemble et chacun doit se demander où il se situe dans ce vivre-ensemble », pointe Jennifer Misserlian. Si vous ne vous impliquez qu’en traînant les pieds, êtes trop comptable de vos heures, avez tendance à plomber l’ambiance sauf le jour de votre entretien pour renégocier votre salaire, votre demande passera moins bien que vous ne l’espériez.